Rassegna Stampa

20 Dicembre 2017

Domaine Foradori : les 30 ans de Granato

Implanté au pied des Dolomites, à l’extrême nord de l’Italie, le domaine d’Elisabetta Foradori est de ceux qui font rayonner le vignoble du Trentin. Il revient aujourd’hui sur son histoire à travers sa cuvée emblématique, le Granato, un 100% teroldego à l’évolution lente.

Qui connait le cépage teroldego ? Peu d’amateurs, c’est sûr. Et ceux qui en ont dégusté il y a plus de vingt ans n’ont pas forcément d’autres souvenirs que ceux de vins rouges raides, dont l’intérêt était plus documentaire que gustatif.
L’évolution du domaine Foradori prouve qu’il était juste de vouloir sauver ce cépage de la disparition, à condition de le travailler correctement. En effet, dans la vallée de l’Adige, au pied des Dolomites, les vignes, plantées en basse densité et taillées en pergola peuvent donner des rendements énormes, supérieurs à 100 hl/ha. Pour élaborer le grand vin Granato, les Foradori réservent le fruit de leurs vieilles vignes de plus de 60 ans. Avec 35 hl/ha au maximum, elles donnent un vin qui évolue avec grâce.

Teroldego, cépage acide mais peu tannique

Le domaine familial, bien que plus ancien, est véritablement né avec l’arrivée d’Elisabetta Foradori, lorsqu’elle sortit de l’école de viticulture et aborda sa première vendange en 1984. . Aujourd’hui son fils Emilio Zierock est en train de prendre la suite. Non content de poursuivre le travail en biodynamie de ses parents, il vise une étape supplémentaire : « Je m’inspire du système fermé de la forêt et souhaite l’appliquer à la vigne. Je veux casser la monoculture et faire venir les animaux » déclare-t-il plein d’enthousiasme. Il continue de se consacrer aux cépages autochtones, comme la nosiola et bien sûr l’original teroldego « riche en anthocyanes et acidité, ce qui explique son potentiel de vieillissement, mais peu tannique ». Un caractère qui surprend les amateurs français plus habitués au tanin qu’à l’acidité dans les vins rouges.

Granato au fil des ans

Granato est produit uniquement dans les meilleures années. Lorsqu’on goûte le 1996, on est frappé par son côté tonique et sa vivacité en bouche. On préfère le 2002, plus sombre, plus fin, aux parfums nuancés. Les deux tiennent étonnamment bien à l’oxydation dans le verre. Le 2003 se goûte parfaitement, avec ses reflets violets, ses fruits noirs, son côté grillé et épicé, dû aux journées caniculaires du millésime. Les 2007 et 2011 se montrent actuellement agressifs en dégustation, mais font l’unanimité à table. Il fallait oser les salsifis et les câpres avec la côte de veau, mais le chef Jacopo Chomel du restaurant Vantre (Paris 11è) l’a fait. L’accord étonne et conquiert, car les acidités se répondent et se fondent mutuellement.

Les vins Foradori, IGP Vigneti delle Dolomiti, sont importés en France par www.oenotropie.com. On les trouve chez les cavistes et restaurateurs entre 28 et 70 €. Granato est à 70 € chez les cavistes.

torna alla rassegna <
torna alla rassegna < cattura_4.gif
ita | eng